Dernières actualités

Gestion concertée de la ressource en eau : comment animer le dialogue territorial ?

Gestion concertée de la ressource en eau : comment animer le dialogue territorial ?

L’Ifrée et l’Agence de l’Eau Adour Garonne proposent aux salariés des structures compétentes dans le domaine de l’eau, une formation sur 6 journées échelonnées d’octobre à décembre pour être en mesure d’animer le dialogue entre les acteurs sur leur territoire. La Directive Cadre sur l’Eau (DCE), adoptée par le Parlement et le Conseil européens, et le SDAGE, s’imposent à tous les programmes « eau » et nécessitent, désormais, une approche concertée des actions de gestion de l’eau et des milieux aquatiques. Sur le terrain, ce travail de concertation avec les acteurs se joue...

ETRES : Le projet s’achève, les ressources restent, la dynamique se poursuit…

ETRES : Le projet s’achève, les ressources restent, la dynamique se poursuit…

Le projet européen Erasmus+ « ETRES » : Educational and Training Resources for Environment and Sustainability vise à étudier et soutenir le développement d’une nouvelle fonction émergente dans les métiers de l’éducation à l’environnement : l’accompagnement de projets collectifs de citoyens en faveur de la transition écologique. Le travail, lancé en 2017, arrive à son terme fin août. Une journée de dissémination s’est tenue le 21 Juin dernier sur le campus de SUPAgro avec plus de 40 personnes venues de France mais aussi de Pologne, d’Espagne, de Grèce et d’Italie. Les personnes ré...

« Le citoyen dans le dialogue territorial », atelier praticiens-chercheurs le 3 juillet à Bordeaux

« Le citoyen dans le dialogue territorial », atelier praticiens-chercheurs le 3 juillet à Bordeaux

L’association Comédie - COncertation MEDIation Environnement -, dont l’Ifrée est membre avec Geyser et l’URCPIE Rhône Alpes, organise en 2019 une série de 3 ateliers de réflexion praticiens-chercheurs sur « Le citoyen dans le dialogue territorial – Enjeu pour les transitions environnementales et énergétiques » en amont des futures rencontres nationales en 2020. Le contexte : Les dynamiques de dialogue autour de projets d’environnement mobilisent traditionnellement des institutions publiques, des collectivités, des organismes professionnels et des associations. Mais de plus en plus, ...

Abonnez-vous aux informations de l'Ifrée

Abonnez-vous aux informations de l'Ifrée : actualités, formations, publications et événements (1 à 2 envois par mois maximum)


Je m'abonne

Formation à la une

A1 - Concevoir un séjour de vacances pour favoriser le lien homme-nature

De moins en moins de séjours de loisirs sont proposés. Les séjours, les camps, les colos sont pourtant un espace privilégié pour les jeunes et les enfants pour faire l’...



 

Interview

Sur quel projet avez-vous travaillé avec l’Ifrée ?

En 2015, notre collectivité se devait d’écrire un programme de reconquête de la qualité de l’eau pour les cinq années à venir. On nous demandait qu’il soit ambitieux. Pour répondre à cet objectif, il nous apparaissait primordial qu’il tienne compte des réalités de chacun sur le territoire. La nécessité de mettre en œuvre un dispositif de concertation est devenue une évidence.

Nous attendions de celui-ci qu’il nous permette d’impliquer plus d’acteurs, d’élargir le champ du questionnement et de co-élaborer les propositions d’actions. L’Ifrée nous a accompagné pour ce travail. Nous pouvons dire que notre progression est réelle : nous avons aujourd’hui 38 signataires du contrat Re-Sources, engagés à mener ou favoriser des actions (partenariats techniques et financiers), 40 à 50 fiches actions produites couvrant des sujets très larges et des acteurs mobilisés dans la durée.

 

En quoi, l’accompagnement de l’Ifrée vous aide-t-il dans l’atteinte de vos objectifs ?

La concertation est une façon de travailler avec les partenaires que nous déclinons maintenant sur toutes nos actions et sur le suivi de la mise en œuvre du programme. Cela s’est traduit par un retour à l’ensemble des participants sur les propositions d’actions qu’ils avaient faites au cours de la concertation, les raisons qui nous avaient conduit à en éliminer certaines mais à garder la majorité. Par la suite, une fois par an, nous organisons une réunion de bilan sur l’avancée des actions de l’année passée et l’élaboration plus fine de celles de l’année à venir. Elle est ouverte à tous et les anciens participants y sont particulièrement invités. Des actions peuvent y être réorientées au vu des résultats obtenus, d’autres peuvent être imaginées… le résultat est toujours plus riche que ce que nous aurions été en capacité de produire en interne ou même juste avec nos partenaires institutionnels, le retour du terrain est vraiment un plus dans ce projet.

Le fait que les actions ont été produites par les participants rend plus facile leur mobilisation pour la mise en œuvre : nous sommes légitimes à retourner vers eux sur cette base. Cela facilite même le démarchage d’autres personnes pour élargir le cercle de la participation : aller voir des habitants en leur proposant de travailler à partir de propositions faites par d’autres habitants est plus facile que s’il s’agissait de nos réflexions internes… c’est aussi un outil utile aux élus : certains projets « difficiles » sont plus faciles à porter lorsque l’on sait qu’ils sont attendus par les citoyens. 

Une formation en situation de travail

Du point de vue personnel, j’avais suivi une formation courte de l’Ifrée sur le dialogue territorial 2 ans plus tôt, je voyais la pertinence de tester la démarche pour permettre aux acteurs de terrain de contribuer à l’élaboration de notre deuxième programme d’action. Avec l’appui de l’Ifrée j’ai pu envisager une mise en œuvre sécurisée. La co-animation suivie d’un retour de la formatrice-animatrice ainsi que les temps de co-préparation des différentes réunions ont été pour moi un moyen de consolider les méthodes acquises lors de la formation : affiner le choix de la technique d’animation en fonction de l’objectif visé, mesurer l’importance d’avoir un timing bien calé et d’établir le cadre et les règles de fonctionnement dès le départ pour pouvoir s’y référer sans confrontation si un participant en sort…

 

Témoignage complet accessible dans la brochure « favoriser le dialogue territorial sur l’eau » en pages 15 à 17

 

Marion Beauvallet,  Coordinatrice du Programme Re-Sources du Bassin d’Alimentation de Captage du Vivier
Marion Beauvallet, Coordinatrice du Programme Re-Sources du Bassin d’Alimentation de Captage du Vivier

Soutenu financièrement

Sous le Haut Patronage

  • 1

logo blanc

L’Institut de formation et de recherche en éducation à l’environnement (Ifrée) est un organisme partenarial créé en 1996, qui se place au service de la démocratie participative et de l'aide à la décision.

La vocation de l’Ifrée est de favoriser l'implication citoyenne par l'éducation à l'environnement dans une perspective de développement durable.

Contacts

ifree (@) ifree.asso.fr
+33 (0)5 49 09 64 92
405, route de Prissé-la-Charrière
F-79360 Villiers-en-Bois

Suivez-Nous :