Vanessa Baudrier Paillat, Responsable d’exploitation Demeter-Energie

Sur quel projet avez-vous travaillé avec l’Ifrée ?

En tant qu’exploitant agricole mon mari cherchait à diversifier son activité pour sécuriser les revenus de l’exploitation. Nous avons découvert la possibilité de valoriser nos lisiers et fumiers par méthanisation, sous forme de co-génération, avec un rachat de l’énergie produite (chaleur et électricité) à prix garantis sur 15 à 20 ans. Pour imaginer un usage local de la production de chaleur d’un tel projet nous avons rencontré les élus de la commune et de l’agglomération. Ceux-ci nous ont vite alertés sur les risques de recours de la part d’opposants dans ce type d’opération et nous ont conseillé de mener, en amont, une démarche de concertation avec la population. La communauté d’agglomération du Niortais nous a alors offert de profiter du partenariat qu’elle avait avec l’Ifrée pour initier des concertations sur les projets du territoire. Dans un premier temps je ne comprenais pas l’intérêt de mettre sur la place publique un projet privé dont nous savions qu’il était pertinent et je voyais cette proposition de concertation comme une perte de temps et une contrainte. Mon mari avait décidé de mettre tous les facteurs de réussite de son côté pour que le projet se fasse et il a accepté la proposition. Nous avons rencontré l’Ifrée et mesuré les possibilités de travail en commun. Puis l’Ifrée a mené des entretiens auprès de personnes représentatives de la population locale pour prendre la mesure de la perception du projet. Une première réunion publique a été organisée à laquelle 300 personnes sont venues. L’Ifrée nous avait préparé à la nécessaire prise de parole des opposants lors de cette réunion, mais nous avons constaté que beaucoup de personnes étaient aussi venues sans avis tranché et pour s’informer sincèrement. Nous avons alors décidé de faire une lettre de mission à l’Ifrée pour mener un réel travail de concertation autour des axes d’amélioration possibles du projet avec la population locale.

En quoi, l’accompagnement de l’Ifrée vous a-t-il aidé dans l’atteinte de vos objectifs ?

La démarche de concertation nous a permis de nous rendre compte que ce projet était bien plus qu’un projet agricole. Nous avons mesuré qu’il s’agissait d’un projet de territoire. Les groupes de travail nous ont aidé à adopter une démarche environnementale la plus poussée possible dans nos choix techniques, mais aussi en mettant en place des éléments auxquels nous n’aurions jamais pensé : un financement participatif, un panel de nez pour cerner les nuisances olfactives…

Aujourd’hui nous sommes fréquemment sollicités par des porteurs de projets et des groupes de citoyens opposants qui viennent, parfois ensemble, visiter notre installation. Aux porteurs de projets qui nous disent « ne parle pas de ton biofiltre pour éviter les odeurs, on ne l’a pas prévu dans notre projet… » nous répondons que la démarche de concertation doit être sincère et transparente et répondre aux craintes et aux préoccupations des personnes qui s’y engagent, sinon la perte de confiance peut être fatale. Nous répondons aux inquiétudes des opposants et nous leur présentons aussi les externalités positives du projet : ici, les citoyens sont fiers d’avoir des agriculteurs locaux (et non des industriels hors sol) qui investissent dans une énergie renouvelable en concertation avec eux et ils sont même en demande de pouvoir valoriser un jour leurs propres biodéchets dans l’installation !

L’Ifrée ne s’est jamais positionné sur le thème de la méthanisation mais sur celui de la qualité du dialogue à établir avec les personnes concernées par le projet, c’est cela qui nous a fait grandir ! La pédagogie et l’échange restent aujourd’hui au cœur de ce projet, avec des journées portes ouvertes fréquentes. Et nous venons de recevoir un prix national aux Trophées de la Participation et de la Concertation 2019 !

logo blanc

L’Institut de formation et de recherche en éducation à l’environnement (Ifrée) est un organisme partenarial créé en 1996, qui se place au service de la démocratie participative et de l'aide à la décision.

La vocation de l’Ifrée est de favoriser l'implication citoyenne par l'éducation à l'environnement dans une perspective de développement durable.

Contacts

ifree (@) ifree.asso.fr
+33 (0)5 49 09 64 92
405, route de Prissé-la-Charrière
F-79360 Villiers-en-Bois

Suivez-Nous :